UBS Assurtech Asie en mouvement

UBS Assurtech Asie en mouvement

Le Chief Investment Officer d’UBS a publié en fin 2017 un rapport « UBS Assurtech Asie en mouvement » (UBS – Insurtech Shifting Asia dans son titre originel). Le rapport est en anglais mais je vous en propose ci-dessous un relevé des points clés, et ce qu’il faut en retenir.

Points clés à retenir de UBS Assurtech Asie en mouvement:

  • L’Asie est l’un des marchés les moins couverts par l’assurance et où les perspectives de rattrapage sont énormes
  • Les insurtechs ont la possibilité de transformer ce marché plus qu’aucun autre. Elles pourraient générer par exemple jusqu’à 300milliards de dollars d’économies d’ici 2025.
  • La concurrence est rude sur le continent et force à améliorer la qualité de service ainsi qu’à trouver des critères de différenciation
  • Les clients vont être les grands gagnants de l’arrivée des insurtechs.
  • Les actions de prévention par l’incitation pourraient amener à des effets significatifs sur des portefeuilles risqués et donc des améliorations notoires au bénéfice de la société.

Continuer la lecture de « UBS Assurtech Asie en mouvement »

Revue de presse du 9 mars 2018

revue de presse du 17 avril 2018

Voici un petit tour d’horizon des articles qui ont attiré mon attention et méritent d’apparaître dans la revue de presse du 9 mars 2018!

Niort tech, un nouvel incubateur

Liens: A Niort, un nouvel incubateur dédié aux insurtechs.

Les grands assureurs Niortais s’associent pour créer un incubateur local dont la volonté est d’accompagner 25 insurtechs en 3 ans. Les sujets de prédilection sont les suivants: « les start-up qui œuvrent dans les domaines de la mobilité, de l’habitat, de la santé et qui utilisent des technologies comme la blockchain, l’internet des objets, l’intelligence artificielle et le big data », selon Bruno Lacoste de la Maaf.
S’il est indéniable que ces assureurs sont des poids lourds du marché, le choix local Niortais est pour le moins ambitieux dans une volonté de compétition sur un marché qui s’internationalise. J’attends de voir quelles startups seront tentées par l’aventure! Cependant la vraie question est de savoir si l’objectif de Niort Tech ne serait pas autant de favoriser l’émergence de startups de taille mondiale que d’organiser l’évangélisation et l’acculturation des équipes des assureurs participants.

La montée des écosystèmes et des plateformes

Liens: Articles de McKinsey.

McKinsey considère que d’ici à 2025, 30% du business sera généré par des écosystèmes, et ils présentent 12 d’entre eux, qui pourraient émerger d’ici là!

Inschain, assurance blockchain

Lien: Inschain

Inschain se présente comme un acteur blockchain dédié au monde de l’assurance, servant notamment à automatiser les workflows de travail. Leur livre blanc donne plus de précisions sur leur business model et sur la roadmap notamment. Affaire à suivre de près pour se forger une opinion précise!

The event to be: Assurance TV

Jean-Luc Gambey a lancé son assurance TV, un programme dédié à la transformation du secteur de l’assurance. Prochain RDV: le 21 mars

A retrouver ici!

Panorama insurtechs – 23 février 2018

panorama insurtechs

La mise à jour de mon panorama insurtechs continue avec 14 ajouts le 23 février 2018. Vous trouverez la mise à jour ici. Ce sont désormais 150 startups qui sont documentées, provenant de 21 pays.

Ajouts au Panorama Insurtechs du 23 février 2018

Au menu des ajouts d’aujourd’hui:

    • RiskGenius: Utilisation de l’intelligence artificielle pour mieux catégoriser le contenu des polices d’assurance, garantir une meilleure lecture et faciliter les opérations de souscription.
    • Go Bear: Moteur de comparaison de produits d’assurance sur du prix et de la qualité, enrichi avec un système de notation.
    • Codeoscopic: Fournisseur de solutions digitales dédiées au métier de l’assurance, Multi-tarificateur, Gestionnaire de risques dédié à Solvabilité 2.
    • Gistek Insurance solutions: Ensemble de solutions logicielles pour faciliter la gestion de contrats ou sinistres d’assurance, Automatisation de processus.
    • Numen: Fournisseur de solutions digitales dédiées à l’amélioration des processus assurance et à la gestion des triangles de sinistres.
    • Satisfi: Exploiter les données des clients pour effectuer automatiquement des préconisations grâce à de l’automatisation, de l’intelligence artificielle et des robots..
    • Captricity: Exploitation de la donnée pour augmenter les ventes, réduire les cycles de traitement ou proposer des souscriptions éclairs sans pertes sur la qualité de l’analyse de risque.
    • Ideeo: Courtage de contrats d’assurance, Rémunération définie avec le demandeur.
    • Addon-ACS: Analyse comportementale en temps réel des consommateurs, pendant le parcours de soin, Prévention et Amélioration du parcours de soin via un scoring des pratiques.
    • Aukazou: Gestion du sinistre Dégâts des eaux pour le compte de l’assuré.
    • Assurup: Assurance dédiée aux besoins spécifiques des startups.
    • Wizzas: Coconception de produits d’assurance sur mesure pour couvrir les besoins de communautés. Constitution de communautés. Recherche d’assureurs pour porter les risques. (Note: Je ferai très prochainement un article suite à ma rencontre avec Thierry Delcupe et Julien Renauld)
    • Guard Time: Solutions blockchain pour limiter la fraude et améliorer la confiance et l’automatisation des décisions.
    • Boundlss: Utilisation de chatbot et d’intelligence artificielle destinée à encourager une amélioration des comportements de vie, Augmentation de l’engagement avec les assurés.

Contactez-moi si vous n’apparaissez pas encore dans le panorama insurtechs!

Otoconnect – L’intermédiaire des données du véhicule

otoconnect

Lorsque l’on s’intéresse aux objets connectés des véhicules, ou plus techniquement ce que l’on appelle la télématique, une problématique majeure apparait: l’exploitation des données! La startup Otoconnect s’intéresse à ce segment et travaille sur la mise à disposition de multiples connecteurs, autour d’une première cible, la portabilité des contrats dans le cadre du règlement RGPD. Continuer la lecture de « Otoconnect – L’intermédiaire des données du véhicule »

Inspeer.me et l’assurance collaborative affinitaire

assurance collaborative affinitaire

La startup inspeer.me se positionne sur le segment de l’assurance collaborative affinitaire. J’ai eu l’occasion d’avoir un échange téléphonique avec sa co-fondatrice, Emmanuelle Mury, il y a quelques temps. J’en profite pour vous en dire un peu plus sur son activité!

Un peu d’histoire

Inspeer.me a été lancé en 2015 autour d’un produit dédié à la mutualisation de la franchise d’assurance. Ce produit permettait, sans changer d’assureur et de contrat, de mutualiser sa franchise au sein d’un groupe. Indirectement, cela ouvrait la possibilité pour les assurés de renégocier avec leur assureur une franchise plus élevée.

L’offre a progressivement évolué, pour mieux s’adapter aux besoins des clients, et contourner les difficultés inhérentes à la notion de communauté d’une part, et celle de produit collaboratif d’autre part!

Trois questions identitaires autour de l’assurance affinitaire collaborative

Comment adresser la notion de communauté?

Un des premiers retours d’expérience d’Inspeer, est que la communauté ne se décrète pas! En clair, il ne suffit pas de montrer aux gens qu’ils ont un point commun, un intérêt commun ou des affinités pour qu’ils considèrent pertinent d’aligner leurs démarches!

assurance collaborative affinitaire

Ainsi, il est illusoire de penser que l’on peut laisser à l’assuré l’initiative de la démarche de rapprochement. La communauté ne se crée pas, il s’agit plutôt de mieux savoir segmenter les besoins existants pour y apporter une réponse pertinente! On se trouve à mi-chemin entre des offres grand public, de masse et peu différenciées, et des offres (ou surtout des tarifs) totalement individualisées. C’est tout le concept de l’assurance affinitaire, qui existe déjà, mais qu’il est désormais possible d’affiner.

Qu’est ce qu’un produit collaboratif?

Par la nature même de l’assurance, tous les produits sont « collaboratifs ». En effet, ils visent à mutualiser un risque! Dans le cas qui nous intéresse, les produits dits « collaboratifs » ont vocation:

  • Soit à effectuer cette mutualisation sur un groupe de personnes restreint et connu (une communauté par exemple). Dans ce cas, l’effet recherché est la volonté de ne pas payer pour des mauvais conducteurs par exemple, en mettant en avant la connaissance et la confiance en la dite communauté.
  • Soit de faire porter le risque différemment: partage de franchise par exemple (c’était le produit d’origine d’inspeer.me). Dans ce cas, il s’agit de pouvoir envisager la relation avec l’assureur de manière différente. C’est le même principe que de l’auto assurance ou de la conservation, mais on choisit de réassurer cette franchise au sein d’un groupe connu.

Dans la plupart des cas connus existants, cette notion de collaboratif va jusqu’au reversement de la part de prime perçue et non utilisée à des œuvres charitables. Je pense notamment à Lemonade dans ce cas, qui a poussé l’exercice le plus loin: cet argument incite selon lui les gens à faire attention et ne pas trop « consommer » l’assurance!

Quel sens peut-on donner à son produit d’assurance

Enfin, le dernier point soulevé par la démarche d’Inspeer.me est la notion du sens à donner à son produit d’assurance. En effet, les personnes qui pourraient être intéressées par la notion d’assurance collaboratives ont tendance à indiquer qu’elle souhaite que leur assurance ne soit pas juste un produit financier. Ces individus s’intéressent au rôle social et sociétal de leur action et sont souvent attirées par les entreprises du monde de l’économie sociale et solidaire.

Les perspectives d’Inspeer.me et de l’assurance collaborative affinitaire

Bref, côté Inspeer.me, forts de ces constats et de leur première expérience, les produits se sont améliorés. Ainsi, plutôt que de chercher à créer la communauté de toute pièce, ils sont partis d’usages communs qui supposaient l’existence d’une communauté (plus ou moins formalisée et constituée). Ainsi est née l’assurance pour les véhicules électriques.

En effet, les conducteurs de ce types de véhicules ne trouvaient pas d’assurance satisfaisante (mauvaise ou absence de couverture de la batterie par exemple) et ont des comportements similaires (plus prudents, pour préserver la batterie de ces véhicules et volonté d’exploiter ces véhicules au mieux).

Le produit a été co-construit sur et avec les réseaux sociaux, de manière participative, pour bien intégrer les besoins et les usages.

Le produit a été lancé en juillet 2017, il est donc trop tôt pour en tirer des enseignements, mais les premiers résultats sont plutôt encourageants.

Conclusion sur l’assurance collaborative affinitaire d’Inspeer

Dans la lignée de ce que j’écrivais il y a quelques temps, il apparaît que chercher à modifier le comportement pour le faire tenir dans une offre produit standardisée ne fonctionne pas. Quand bien même cette offre serait collaborative! Ainsi, c’est bien la spécialisation des offres pour être les plus ajustées possibles aux usages qui peut intéresser et changer la donne.

C’est en ce sens que j’indiquais dans mes 6 prédictions pour 2018 que la refonte des offres me semble nécessaire et souhaitable!

Inspeer a semble-t-il trouvé une piste intéressante à creuser, il reste à savoir s’il est possible (et comment) de trouver d’autres communautés pertinentes pour étendre l’activité.

Panorama insurtechs – 19 janvier 2018

Panorama insurtechs

Je reprends la mise à jour de mon panorama des insurtechs avec 15 ajouts le 19 janvier 2018. Vous trouverez la mise à jour ici. Ce sont désormais 123 startups qui sont documentées, provenant de 17 pays.

Au menu d’aujourd’hui:

  • Hippo: Assurance habitation avancée et devis en moins de 60 secondes.
  • Slice: Assurance à la demande.
  • Metromile: Assurance Pay-as-you-drive, au km parcouru.
  • Bought by many: Achat groupé d’assurance.
  • Understory: Capteurs d’environnement (humidité, températures, vent, précipitations) assimilables à des stations météo miniatures qui permettent d’auditer à posteriori les dégâts d’origine météorologique.
  • Affectiva: Détection d’émotions, Analyse de sentiments et mise à disposition via SDK.
  • Jaco: Collecter les données comportementales des assurés sur le site web pour améliorer l’expérience utilisateur.
  • Coverfy: Gestion de tous les contrats d’assurance depuis le mobile, Identification de doublons de couvertures et Préconisations d’améliorations de prix.
  • MyZuum: Télématique embarquée à ajouter au véhicule, Alertes d’urgence, prévention, amélioration de la conduite, diagnostic mécanique….
  • Brokoli: Analyse de contrats d’assurance via mobile et Distribution.
  • Drivies: Analyse des données de conduite via une application mobile, Propositions d’amélioration de la conduite et Proposition d’amélioration de l’offre d’assurance en fonction des données constatées.
  • Predictry: Machine learning au service de la prédiction de sentiments, de préférence ou de comportement, Analyse prédictive et moteur de recommandation.
  • Twiggle: Prédiction des intentions d’achat grâce à l’analyse en langage naturel, le machine learning et les modèles ontologiques.
  • Conversable: Plateforme de robot conversationnel en mode SaaS.
  • Leocare: Distribution d’assurance auto / habitation via mobile (devis en 45s), Assurance à la demande pour un certain nombre d’options.

Contactez-moi si vous n’apparaissez pas encore dans le panorama insurtechs!

RAPPORT KleinBlue – Benchmark Les assureurs face aux insurtechs

Benchmark Les assureurs face aux insurtechs

Le cabinet Klein Blue a publié 2 rapports assez remarqués sur le marché sur le sujet des insurtechs. Le premier, Panorama insurtech France a été publié en juin 2017. Le second, « Benchmark Les assureurs face aux insurtechs et acteurs innovants« , a été publié en décembre 2017. Ils viennent confirmer la volonté de positionnement du cabinet (et son associé Salim Echoukry) comme un accompagnateur de qualité pour des assureurs qui se posent des questions quant à leur stratégie d’innovation sur le marché. Je commence l’année par ne pas prendre de retard et traite donc ici du dernier publié ! Continuer la lecture de « RAPPORT KleinBlue – Benchmark Les assureurs face aux insurtechs »

Modéliser les risques santé avec Healthy health

Modéliser les risques santé

Luca Schnettler est un jeune entrepreneur installé à Londres. Il a fondé Healthy Health, une startup dédiée à modéliser les risques santé. Il a été interviewé cet été par Nigel Walsh dans le podcast 11.fs, et j’ai eu la chance de pouvoir lui parler par téléphone par la suite pour en savoir plus sur sa solution.

Dans la foulée de l’intérêt suscité par mon article sur les modèles prédictifs de la DREES, voici quelques points clés à retenir. Continuer la lecture de « Modéliser les risques santé avec Healthy health »