Le 29 aout, nouvelle marque, nouveau site, nouveau projet!

A la suite des nombreuses rencontres que j’ai pu faire cette année, il m’est apparu possible d’apporter une expertise différente sur le marché: un décryptage de l’innovation au service de l’assurance.

Abonnez vous à la newsletter pour recevoir en avant première les informations du lancement du site! (n’oubliez pas de valider votre mail)

Voici quelques éléments pour vous en dire un peu plus!! Je ne dévoile pas encore le nom, mais vous avez déjà le logo!

Sinon, vous pouvez me suivre sur linkedin ou twitter.

Enfin, en attendant le lancement officiel du nouveau site et de mon offre fin août, vous pouvez consulter mon observatoire d’innovations qui contient 179 startups à ce jour!

Panorama insurtechs Juin 2018

panorama insurtechs

La mise à jour de mon panorama insurtechs continue avec 15 ajouts en juin 2018. Vous trouverez la mise à jour ici. Ce sont désormais 179 startups qui sont documentées, provenant de 27 pays.
Par ailleurs, je vous annonce qu’il y aura un nouveau site d’ici quelques semaines pour porter un projet qui me tient à coeur autour de l’innovation dans l’assurance. Je n’en dis pas plus pour l’instant, mais cela ne tardera pas!

Ajouts au Panorama Insurtechs juin 2018

Au menu des ajouts d’aujourd’hui:

  • Get me ins: * Prédiction et réduction de cas de fraude à la source * Automatisation de sinistres * Evaluation de coûts * Amélioration de l’engagement client.
  • Insurance Drip: * Solution de marketing digital dédié aux courtiers et agents d’assurance (sites web, newsletter, générateur de recommandations, campagnes de fidélisations, etc.).
  • Insure App: * Plateforme d’asssurance personnalisée et contextualisée * Pay-how-you-drive * Assurance santé contextuelle * Assurance à la demande et juste à temps * Analyse de données, détermination de profils et segmentations, modélisation prédictive, propositions en temps réel.
  • Jamii: * Micro assurance santé.
  • Nuvalaw: * Accélère le traitement des contentieux par une analyse en masse des documents juridiques.
  • Tapoly: * Assurance à la demande dédiée aux travailleurs indépendants et seuls.
  • Vlocity: * Plateforme cloud qui propose des outils de distribution et gestion de contrats d’assurance * Agent virtuel personnalisé.
  • Riskattitude: * Mise à disposition d’outils virtuel d’estimation et d’analyse du risque.
  • Insurnext: * Création de sites web modernes et réactifs dédiés au monde de l’assurance.
  • Cogito Corp: * Intelligence humaine augmentée par l’intelligence artificielle.
  • Cyquant: * Aide à la souscription de risques cyber en facilitant l’estimation du risque.
  • Jooycar: * Plateforme de véhicules connectés * Analyse en temps réel des données pour proposer des produits d’assurances contextualisés adaptés à la situation.
  • Hello Zum: * Centralisation des données d’assurance au même endroit et mise à disposition de toutes les parties * Le client est au centre.
  • So sure: * Assurance collaborative avec rétrocession de la part non utilisée de la prime.
  • Monuma: * Conseil et accompagnement patrimonial * Blockchain dédiée aux œuvres d’art.

Contactez-moi si vous n’apparaissez pas encore dans le panorama insurtechs!

Cap Gemini – World Insurance Report 2018

world insurance report 2018

English version here


Cap Gemini et Efma ont publié leur rapport annuel intitulé World Insurance Report 2018 la semaine dernière. Ce rapport est habituellement l’occasion d’un tour d’horizon intéressant sur ce qui se passe sur le marché. J’avais rédigé un article sur la version 2017 de ce rapport. Que faut-il retenir de cette édition ?

Points à retenir du World Insurance Report 2018 de Cap Gemini

Du fait de la longueur, l’article est séparé en 3 pages, pour chacun des chapitres.

Si les résultats de l’étude apporte des chiffres bienvenus, le contenu du World insurance report 2018 est malheureusement très fouillis et ne donne pas vraiment de lecture propre à expliciter la situation.

Accélérer la transformation digitale

Un nécessaire rattrapage ?

world insurance report 2018L’assurance se positionne 3ème au classement du score d’expérience client (Note: aucune explication n’est fournie sur la mesure de cet indicateur). Ce chiffre apparaît comme très bon. En revanche, dès lors que l’on s’intéresse à la note d’expérience client positive, le résultat se dégrade. C’est notamment le cas en comparant les résultats avec le secteur bancaire.

world insurance report

Il semble donc clair que l’assurance doit opérer un rattrapage sur ces questions là. Le rapport cite par exemple la meilleure capacité des banques a exploiter la technologie pour bénéficier des points de contacts avec les clients. (Note: Certes, mais il est indéniable et bien connu que l’assurance connaît un déficit naturel de points de contacts avec la banque, les enjeux ne sont donc pas les mêmes: pour la banque les exploiter, pour l’assurance les générer…).

En poussant l’analyse sur la satisfaction autour des services essentiels, un écart significatif apparaît sur la simplicité d’utilisation: 36% de satisfaits par rapport à 47% dans la banque! L’écart est également important en ce qui concerne la rapidité du service.

world insurance report 2018

Variations régionales

Des variantes régionales existent, notamment si l’on compare les niveaux de satisfaction entre l’Europe et l’Amérique du Nord. Si les Français sont d’éternels insatisfaits, ce n’est pas le cas de tous les Européens. L’écart est d’ailleurs suffisamment important pour que cela attire l’attention!

Le digital, un levier pour casser les limites traditionnels sur les interactions avec les clients

La communication via les canaux digitaux est désormais bien intégrée, et c’est désormais le mobile qui prend de l’importance! 40% des interrogés considèrent qu’une application mobile est un canal important.

world insurance report 2018

Parmi les arguments invoqués, celui, classique de la facilité (car commun à pleins d’autres usages de la vie quotidienne) et l’autre plus nouveau sur la personnalisation et les services individualisés.

L’adoption du digital est un facteur essentiel et ouvre de nouveaux horizons pour l’assurance. Tout d’abord cela génère une augmentation du nombre de points de contact. Ainsi, cela crée de nouvelles opportunités commerciales. Les nouveaux services qui sont associés à ces usages sont aussi l’occasion d’améliorer l’acquisition et la rétention de clients.

Proactivité

Il existe une marge de progression sur la proactivité des offres d’assurance! Là où il est souvent question de savoir si l’assurance en fait trop ou pas assez à destination de ses clients, la réponse est nette!

world insurance report 2018

En allant même plus loin, la proactivité de l’assureur a un impact positif sur la satisfaction des assurés.

world insurance report 2018

De nouveaux challenges à mesure que la technologie fait des progrès

Les exemples sont nombreux parmi les GAFA ou autres grandes multinationales de la tech d’incursion dans le périmètre du secteur financier. L’assurance est une des cibles récurrentes d’Amazon, Apple, Alibaba ou encore Alphabet (Google). Ce type de concurrence impose aux acteurs traditionnels de changer de braquet pour se transformer en accélérant le rythme. En effet, de plus en plus d’assurés se disent près à souscrire un contrat auprès de géant de la tech. Ils sont 1/5 à se positionner comme tel en Europe et 1/3 en Amérique du Nord et jusqu’à 40% en Asie et 50% en Amérique Latine!

world insurance report 2018

Enfin, si les problématiques de sécurité sont encore dans toutes les têtes, les assurés sont de plus en plus enclins à partager leurs données en échange de services personnalisés et de valeurs additionnelles.

world insurance report 2018 world insurance report 2018

Pour conclure, la propension à basculer d’un assureur traditionnel vers une entreprise de la tech peut être analysée d’un point de vue démographique. En effet, certains groupes sont plus favorables que d’autres (les technophiles et la génération Y), du fait d’une expérience client jugée insuffisante. (Note: C’est le commencement de l’adoption par les early-adopters)world insurance report 2018

Que retenir de Vivatech 2018 ?

vivatech 2018

J’ai eu la chance de visiter le salon Vivatech 2018 qui s’est tenu cette semaine porte de Versailles (Merci @Anne!). Ce salon se veut le rendez-vous mondial des startups et des leaders, d’après leur site. Les chiffres annoncés par l’organisation donnent le tournis, et les affiches des conférences de jeudi notamment parlent d’elles-mêmes. Faites vous votre opinion:

  • Emmanuel Macron
  • Mark Zuckerberg (Facebook)
  • Satya Nadella (Microsoft)
  • Dara Khosrowshahi (Uber)
  • Ginni Rometty (IBM)

En bref, le meilleur de la tech mondiale était au rendez-vous, aidé par un calendrier facilité par le sommet Tech for Good organisé à l’Elysée la veille.

Au-delà des chiffres, que faut-il en retenir pour le secteur de l’assurance?

Vivatech 2018 ou le bouillonnement d’idées

Une demie journée à circuler dans les allées vous permettent de vous faire une idée assez précise des enjeux qui s’annoncent dans les années à venir. Tous les secteurs d’activités sont en pleine transformation et toutes les technologies sont sur la table. A l’image d’un concours Lépine de l’innovation, c’est à qui proposera la solution la plus folle, la plus farfelue ou la plus décoiffante.

vivatech 2018Tout n’est pas bon à prendre évidemment, mais pour n’importe qui d’entre nous, il est essentiel de mesurer pleinement la transformation à l’œuvre et d’en jauger les impacts potentiel. Quid de ces petits robots qui vous accueillent à l’entrée, remplaceront-ils un accueil physique? Quid de l’intelligence artificielle, tiendra-t-elle ses promesses?

Bref, dans l’effervescence même du salon, nous devons trouver de l’inspiration pour explorer notre avenir. Toutefois, cela ne saurait être suffisant, car tout l’enjeu est d’en trouver l’applicabilité à court moyen terme pour tracer le chemin vers la transformation de la société et des métiers.

Un secteur de l’assurance et du tertiaire financier peu présent

Côté Assureurs

Globalement, le secteur de l’assurance est peu représenté à Vivatech 2018. Un seul stand de grande entreprise du secteur (Matmut) est repéré, bien placé près de l’entrée. En étendant la réflexion plus largement au tertiaire financier, les banques sont également peu représentées (seule BNP Paribas a son espace).

Comment interpréter cette relative absence?

2 réponses possibles à cette question:

  • Le tertiaire financier n’a pas pris la mesure des changements en cours ou à venir
  • Vivatech 2018 n’a pas été perçu comme « the place to be » pour promouvoir la transformation en cours: trop cher, public mal ciblé, etc.

Dans les 2 cas, je m’interroge! Vivatech est désormais « The place to be » en matière d’innovation, que ce soit pour les pros, mais aussi pour le grand public, venu en nombre samedi. Les assureurs ne sont pas réputés pour être les plus précurseurs dans l’innovation, il ne semble pas inconcevable de vouloir mettre en avant ses démarches dans ce type de salon. De là à penser que nous sommes plutôt dans la première option, je n’ose y penser!

Côté startups

Les startups qui interviennent autour du monde de l’assurance étaient présentes, mais en relatif faible nombre. Elles sont souvent invitées par les incubateurs ou les écoles qui les portent. Au delà de l’intérêt de chacune de ces solutions, on peine à reconstituer la cohérence dans tout cela.

Un éclatement de solutions identiques

Côté innovation, car c’est le sujet qui nous intéresse ici, plusieurs points sont à noter.

Une catégorisation en 3 familles

L’essentiel des startups présentes pour le tertiaire financier peuvent être catégorisées dans 3 familles

  • Celles qui améliorent la collecte de données
  • Celles qui travaillent sur l’analyse de données (avec souvent l’application d’une couche métier)
  • Les startups qui se spécialisent sur l’action et l’application de solutions issues de l’analyse

Ce sont les axes d’analyse que j’utilise dans mon observatoire d’insurtechs et qui sont ici encore confirmés. Merci donc au BCG pour la lecture initiale que j’ai reprise (et améliorée!).

Dans les autres secteurs d’activité, les startups complètent cette vision avec des innovations technologiques matérielles (aéronautique, robots, impressions 3D), mais qui n’ont que peu d’usages dans le monde de l’assurance (en tout cas en première lecture, mais nous y reviendrons peut-être plus tard!).

Eclatement

Le principe des startups est de démarrer une activité en pensant pouvoir résoudre un problème mieux que d’autres.

La difficulté c’est que les premières marches à gravir sont les mêmes pour tout le monde, et que la vraie valeur arrive ensuite. Ainsi, le paysage de startup se trouve extrêmement éclaté, en France, mais aussi à l’étranger. De nombreuses structures proposent des solutions équivalentes, pour ne pas dire les mêmes, avec des promesses d’avenir passionnantes. Or, chacun souhaitant maitriser sa valeur, on observe un éclatement de structure alors que la force viendrait d’une union pour avancer plus vite. Par exemple, dans ces unions de startups, certaines équipes pourraient se concentrer sur des briques applicatives communes, alors que d’autres seraient concentrées sur de la recherche applicative. Elles seraient toujours aussi agiles, mais surtout plus fortes et plus à même d’apporter la vraie valeur qu’elles promettent.

 

En bref, Vivatech 2018 vaut pour la diversité et la globalité des solutions présentées. Je reste cependant sur ma faim sur mon périmètre d’activité!

Panorama insurtechs du 20 mai 2018

panorama insurtechs

La mise à jour de mon panorama insurtechs continue avec 14 ajouts le 20 mai 2018. Vous trouverez la mise à jour ici. Ce sont désormais 164 startups qui sont documentées, provenant de 22 pays.
Par ailleurs, je vous annonce qu’il y aura un nouveau site d’ici quelques semaines pour porter un projet qui me tient à coeur autour de l’innovation dans l’assurance. Je n’en dis pas plus pour l’instant, mais cela ne tardera pas!

Ajouts au Panorama Insurtechs du 20 mai 2018

Au menu des ajouts d’aujourd’hui:

    • Coverwallet: Distribution d’assurance pour petites entreprises.
    • Backbase: Hub multicanal, qui s’interface avec vos systèmes existants pour proposer une expérience client enrichie.
    • Sentimer: Service de chatbot couplé à de l’analyse de langage naturel parlé ou écrit pour améliorer la qualité des réponses apportées. Personnalisation automatique du comportement du chatbot en fonction du client par l’intelligence artificielle. Adaptation du contenu.
    • Laka: Assurance collaborative pour vélos. La communauté prend en charge les sinistres lorsqu’ils se présentent à hauteur d’un montant maximum. Au-delà un assureur prend le relais.
    • Granify: Optimisation de la structuration des sites web en vue d’améliorer la transformation.
    • Celect: Initialement dédiée au retail, cette solution d’intelligence artificielle, alliée au machine learning permet de proposer des prédictions d’offres.
    • ExtraDrive: Calcule un score auto basé sur les données de conduite. Utilisation soit pour de la prévention soit pour de la segmentation de portefeuille.
    • Thinkseg: Marketplace de produits d’assurance.
    • Earnix: Analyse des données web pour identifier et proposer en temps réel des actions à mener. Ajustement de tarif en temps réel.
    • Scoredata: Plateforme d’analyse de données en ligne en vue de les utiliser sur des business (rétention, cross/up-selling). Analyse prédictive.
    • Utwin: Courtage et gestion en assurance de prêt immobilier.
    • Motion S: Augmentation de données de mobilité. Exploitation de données télématiques pour augmenter les points de contact, travailler des modèles de rétention, prévoir les phases de maintenance.
    • Oocar: Plateforme de données et de services destinée aux métiers de l’après-vente et de l’assurance. Collecte de données du véhicule et de la conduite. Création de profil de conducteurs.
    • Easyprice: Marketplace de mise à disposition de produit pour un réseau d’environ 10000 courtier sur le territoire français. Co-création et tests de produits.

Contactez-moi si vous n’apparaissez pas encore dans le panorama insurtechs!

Les défis techniques que pose la téléassistance à la personne

téléassistance

J’avais en janvier dernier ouvert mon blog à tout intervenant qui souhaitait apporter un éclairage sur un aspect de l’innovation dans l’assurance. Catherine Marquèze d’InfleXsys et Boris Dumontet de Vitalbase ont eu l’amabilité de se prendre au jeu de l’écriture ! Ils nous proposent ici quelques éléments de compréhension autour de la téléassistance à la personne, qui viennent compléter l’article publié il y a quelques mois sur VA²CS. Je reprends leur texte presque sans modification, en espérant que vous trouviez ici autant de valeur que moi ! Merci à eux ! Continuer la lecture de « Les défis techniques que pose la téléassistance à la personne »

Revue de presse du 17 avril 2018

revue de presse du 17 avril 2018

Voici un petit tour d’horizon des articles qui ont attiré mon attention et méritent d’apparaître dans la revue de presse du 17 avril 2018!

Subaru offre 3 ans d’assurance

Liens: DecisionAtelier.com – Subaru offre 3 ans d’assurance.

Ceux qui me lisent régulièrement savent que je parle souvent d’une décomposition de la chaine de valeur à venir. En effet, j’estime qu’il sera demain nécessaire pour les assureurs d’aller plus loin dans leur réponse aux besoins de leurs assurés au risque de se voir supplanter dans la relation commerciale. L’exemple ci-dessus est symbolique pour moi de cette situation! Subaru, constructeur automobile, intermédie l’assureur dans la proposition d’une garantie sur l’automobile. Ce n’est évidemment pas nouveau, mais cela repose une nouvelle fois la question du rôle que peut jouer la marque de l’assureur là-dedans si ce n’est plus lui qui assume la distribution au client.

La blockchain est morte, vive Hashgraph

Liens: Articles de Journal du net – Hashgraph.

Lorsqu’il s’agit de blockchain, il arrive assez rapidement que l’on retombe sur les difficultés techniques de scalabilité et de performance. Or, une nouvelle solution technologique permettrait de s’affranchir d’un certain nombre de ces contraintes. La proposition semble intéressante et le sujet prometteur, mais nous sommes évidemment encore loin d’une applicabilité concrète. Il ne reste plus qu’à lire le livre blanc pour vous en faire une idée (Note: je ne l’ai pas encore lu!)

Quand les centres d’appel prédisent les émotions des clients

Lien: ZDNet – Quand les centres d’appel prédisent les émotions des clients

On parle beaucoup d’affective computing ou comment l’intelligence artificielle pourrait nous faire progresser sur la voie (voix?) de l’intelligence émotionnelle. En revanche, jusqu’à présent, peu de sources fiables permettent d’y voir plus clair. On connaissait la solution d’Affectiva, nous pourrons désormais ajouter Cogito. Cette solution s’appuie sur des sociomètres, développés par une équipe du MIT. Il s’agit de détecter les signaux subtils dans le discours, le ton et le langage corporel, indépendamment des mots utilisés.

Panneaux solaire, un casse-tête pour les pompiers

Lien: XLCatlin- Panneaux solaire

L’innovation dans l’assurance, ce n’est pas uniquement de nouvelles technologies qui viennent transformer le métier, ce sont également des nouveaux risques. On parle très (trop) souvent du cyber risque, mais en voici un, assez inattendu, mais qui n’en demeure pas moins compliqué à gérer.

Rendre l’assurance auto « cool »?

Lien: Karl Heinz Passler – My 10 innovative ideas on making motor insurance cool

Karl Heinz Passler est l’un des principaux influenceur du marché de l’innovation dans l’assurance. Il intervient beaucoup sur les réseaux sociaux, et un peu moins fréquemment sur son blog, mais l’article ci-dessus présente quelques idées souvent simples pour dynamiser l’assurance automobile!

Rapport de Cédric Villani sur l’Intelligence Artificielle

rapport de cédric villani sur l'intelligence artificielle

Le député Cédric Villani, célèbre mathématicien français, s’est vu confier par le 1er ministre une mission d’information sur la stratégie française autour de l’Intelligence Artificielle. Le rapport vient d’être publié et fait la bagatelle de 235 pages! Je vous propose les points clés à retenir. Sachez toutefois que sans tout lire, les auteurs ont eu la bonne idée de détailler considérablement le plan et de proposer une synthèse intitulée « Le rapport en 10 pages ». J’apprécie considérablement l’effort ;-)! Continuer la lecture de « Rapport de Cédric Villani sur l’Intelligence Artificielle »