Insurance innovators – Le futur de l’assurance 2017

Le futur de la souscription et de la tarification

Le big data est désormais dépassé, car nous entrons dans le monde de la données. Celle-ci est présente partout! La création de données va être multipliée par 10 entre 2016 et 2018. Les interactions avec les smartphones sont exponentielles, et la création de données par les entreprises est gigantesque. Toutes ces données peuvent désormais trouver un sens par leur analyse, et c’est une bonne chose pour les assureurs! En effet, la donnée est la matière première de leur métier.

Les solutions d’analyse de selfie, de l’ADN ou de données de téléphones mobiles existent déjà, ce n’est pas de la science fiction! Selon un étude Accenture, la bonne exploitation de ces données pour mesurer les risques, les prévenir en temps réel, et améliorer les ventes par la segmentation pourrait améliorer le ratio combiné de 16 à 21 points! (Note: Je n’ai pas controlé ce chiffre dans l’étude « Harness the data exhaust stream », mais il semble très élevé, même si je suis d’accord avec le principe).

10% des assureurs (earrly adopters) utilisent déjà les données de tracking GPS des téléphones les données des réseaux sociaux ou encore l’historique de navigation! Cette tendance est amenée à évoluer très fortement dans les 10ans à venir.

Smart-home

Les technologies pour la maison connectée existent déjà, avec tout l’intérêt que cela peut représenter en terme de prévention des risques. En premier lieu, cela concerne les détections d’incendie et les intrusions.

En revanche, la pénétration du marché est encore faible, principalement pour des raisons de coûts et d’intérêt. Toutefois, le marché semble actuellement arriver à un point de bascule. L’arrivée des Amazon Echo, des Google Home connect et autres assistants connectés à domicile ouvrent la voie du domicile connecté, les « smart-homes »

A l’horizon 2022, plus de la moitié des répondants envisagent d’utilisent des données provenant de capteurs divers au domicile, ce qui représente un bouleversement, comparé aux 3% de télésurveillance aujourd’hui déployés!

Véhicules

Les véhicules également deviennent connectés et donc produisent des données. Des assistants connectés viennent compléter les traditionnels GPS. Ainsi, il devient possible pour les conducteurs d’adapter l’expérience de conduite à l’environnement extérieur, et de mieux gérer leur temps dans le véhicule.

Les perspectives, là-encore sont excellentes: Seuls 8% utilisent aujourd’hui les données provenant de véhicules, alors qu’ils seront près de 80% dans 10ans. (Note: d’ici 10 ans, l’arrivée des véhicules autonomes devrait se croiser avec cette donnée).

Les drones sont également en augmentation notable, spécifiquement pour l’expertise après sinistre (7% aujourd’hui contre 47% dans 5 ans.

Proximité et personnalisation

Les wearables, ces objets connectés portables, tels que les montres ou les bracelets, permettent d’envisager un suivi par les assureurs de tous les instants: sommeil, consommation d’alcool, comportement de communication par texto… Des produits existent déjà: John Hancock aux Etats-Unis, proposent des réduction de 15% aux assurés qui acceptent de partager leurs données Fitbit.

La moitié des répondants indiquent envisager l’usage de ces données sous 5 ans. Toutefois, ce n’est qu’un début, car des données pourraient bientôt être générées par des capteurs à l’intérieur du corps! De plus, les tests génétiques pourraient être généralisés. (Note: le marché anglo-saxon est plus libéral que la France sur ces questions là, mais est souvent annonciateur des perspectives. De plus, on s’approche par là de ce que l’on pouvait voir en 1997 dans Bienvenu à Gattaca…)

Un nouveau modèle de tarification

Les données ne permettent pas seulement aux assureurs de suivre leurs risques et de lancer des politiques de prévention. Elles peuvent aussi permettre d’ajuster en temps réels des tarifications pour proposer de manière transparente et compétitive des offres personnalisées.

futur de l'assurance 2017

Ce type de fonctionnement existe déjà mais a vocation à se développer dans les années à venir, notamment sur l’assurance auto.

Par ailleurs, 96% des assureurs estiment que la tarification dynamique pourrait participer à changer les comportements et donc réduire les risques. 85% pensent que cela va améliorer la fidélité en créant des points de contacts plus fréquents. (Note: Personnellement, je ne crois pas à ce point de vue, car il est uniquement orienté assureur, et non client. Les écosystèmes, en répondant au besoin assuré, et donc plus « customer-centric », pourraient avoir bien plus d’impacts!).

Pay as you go

90% des répondants estiment que l’assurance a l’usage a vocation à se développer dans les années à venir. Elle permettrait de lutter contre une politique de prix souvent considérée comme opaque.

Voici quelques chiffres par segment de marché.

futur de l'assurance 2017

futur de l'assurance 2017 futur de l'assurance 2017

Le futur de l’assurance 2017

La tarification ne sera plus seulement dynamique et transparente. Les communications machine-à-machine devraient bientôt permettre de trouver automatiquement la meilleure couverture et le meilleur tarif adapté à nos besoins. 85% estiment que d’ici 10 ans, il sera courant d’utiliser une automatisation entre des capteurs, un système blockchain et des déclarations de sinistres automatiques pour structurer les contrats d’assurance. (Note: on se demande alors quel sera le rôle de l’assureur! Ma théorie de la décomposition de la chaine de valeur n’est pas loin!)

De plus, un nouveau modèle est envisagé par de nombreux répondants. Beaucoup estiment que l’assurance pourrait être régulièrement re-courtée automatiquement par des comparateurs d’un genre nouveau qui, grâce à l’intelligence artificielle, permettrait de trouver la meilleure option pour un contrat ou un portefeuille. (Note: Guillaume Rovère serait surement extrêmement intéressé par ce concept!)

futur de l'assurance 2017
Cliquer ci dessous sur la page suivante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *