ARTICLE – Gérer l’innovation écosystémique – 13/07/2017

Source : Harvard Business Review – Gérer l’innovation multipartite – 13 juillet 2017 – Nathan Furr, Kate O’Keeffe, Jeffrey H. Dyer
Source originelle : Harvard Business Review – Managing Multiparty Innovation – Novembre 2016

Points clés / Chiffres remarquables :

  • Objectif : nouer des partenariats afin de trouver des solutions innovantes à des problèmes communs dans les six mois suivants.
  • Modèle : au lieu de compter sur les start-ups pour innover puis les acquérir, les entreprises qui se lancent dans cette innovation écosystémique collaborent pour développer puis commercialiser de nouveaux concepts.
  • L’intérêt est de se focaliser, dans un temps très court, sur la commercialisation d’idées et non uniquement sur le développement d’innovations. Les longues négociations sur la propriété intellectuelle sont contournées par une approche plus simple qui met les découvertes des équipes à disposition de tous les autres participants proportionnellement à leur investissement.

Comment mener l’innovation écosystémique

Collaborer efficacement avec un partenaire n’est pas simple mais avec plusieurs cela peut vite devenir très complexe. 4 étapes peuvent être définies et se déroulent sur plusieurs mois.

Identifier les priorités et les partenaires

Cisco (dans son CHILL: Cisco Hyperinnovation Living Lab) avait identifié la transformation digitale de la santé comme focus prioritaire. Les sujets concrets ont été abordé ultérieurement avec leurs partenaires. Ceux-ci ont été identifié sur la base de 3 dimensions:

  • la maturité des capacités d’innovation,
  • un processus d’innovation interne bien rôdé
  • une expérience de partenariat avec des compagnies tierses et des start-ups.

Il n’est pas nécessaire de faire partie du même secteur d’activité, mais surtout d’être prêt à faire intervenir des cadres avec un pouvoir de décisions prêts à mobiliser des équipes.

Trouver et définir les problèmes

Cette étape est essentielle. De multiples entretiens avec des experts du sujet ou des clients permettent d’identifier les enjeux ayant le plus fort potentiel. Ainsi, il doit être possible de définir une série de challenges précis et pertinents, répondant à de véritables problèmes rencontrés.

Réunir les participants pour construire des prototypes

La partie la plus visible de l’innovation écosystémique est l’organisation de rencontre sur quelques jours. Il s’y déroule des cycles courts incluant design thinking, agilité et esprit startup. Il s’agit d’enchainer sur 2 jours 5 cycles sur le mode de boucle « build – test – learn » (construire, tester, apprendre).

Obtenir un engagement à réaliser et suivre l’avancement

A la fin de ces sessions de rencontres, chaque groupe présente ses résultats, avec une estimations des gains / économies potentiels. Les meilleures propositions sont adoptées par tous les cadres dirigeants sur l’instant, ce qui crée une excitation nécessaire au bon déroulé de la suite. S’en suivent 2 semaines pour construire plus en détail un archétype approfondi et viable de la solution cible. Celui-ci inclut à la fois le détail du contenu, mais aussi un business plan et un plan d’actions à 6 mois.

Quels résultats?

Les résultats se mesurent sur plusieurs critères:

  • Launch value: critère purement économique, c’est le profit généré par l’innovation, sa valeur. Cisco estime à plusieurs milliards de dollars la valeur potentiellement créée si les innovations en cours vont à leur terme.
  • Strategic value: Travailler avec des pairs et créer des interconnexions représente en soi une valeur importante. En effet, cela génère des interactions supplémentaires, de nouvelles manières de voir les choses, de nouvelles méthodes. Elle peut aussi provoquer de nouveaux projets par la suite.
  • Exit value: c’est la valeur en connaissance consolidée, acquise par tous les participants. C’est à la fois sur le fond, mais aussi sur la forme de la méthodologie, sur la capacité à développer une plus grande agilité. Ce sont des aspects qui ne sont pas vendus directement, mais qui pourront être utilement réutilisé à l’avenir.

En bref, l’innovation écosystémique n’a rien d’une solution idéale. Cependant, elle présente des avantages qui permettent de compléter les méthodes traditionnelles d’innovation.

Selon nous, aucune entreprise ne peut fournir l’ensemble des solutions technologiques dont les clients ont besoin au rythme exigé par le marché. Ce processus permet de réunir nos équipes avec les partenaires, les clients et d’autres entreprises qui travaillent à la recherche de nouvelles possibilités commerciales. A travers une analyse et une coopération approfondies, ces sessions de laboratoire font émerger des idées inédites que les participants peuvent mettre en œuvre ou s’approprier, y compris Cisco. – Chuck Robbins, P-DG de Cisco


Lire l’article en entier sur Harvard Business Review en Français (accessible uniquement pour les abonnés) ou sur le site international HBR en anglais (version complète)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *