Deloitte Opinion Way – Etude Santé 2017

Deloitte a récemment publié son « Etude santé 2017« , sur la base d’un sondage OpinionWay pour Deloitte. Le sondage a été réalisé en ligne du 10 au 16 février 2017 auprès de 2013 personnes représentatives de la population française.

Ce sondage, et le rapport associé, s’intéressent de manière générale à la santé. Quelques éléments chiffrés peuvent venir éclairer certains impacts sur les questions du financement de la santé et donc de l’assurance santé.

Principales conclusion de l’Etude Santé 2017

Voici donc les éléments principaux à retenir.

  • 61% des Français sont satisfaits ou très satisfaits du financement de la santé en France. C’est un chiffre important, mais en recul de 5 points en 1 an.
  • Une persistance du renoncement aux soins. La première raison invoquée est celle du coût des soins (48% contre 43% en 2016). De manière assez évidente, le rapport souligne des disparités de réponse sur cet élément en fonction des revenus.
  • Dans le cadre de la présidentielle 2017, les Français placent comme 3ème priorité le retour à l’équilibre des comptes de la Sécurité Sociale. Cela arrive après la gestion de la dépendance et la réduction des déserts médicaux. 82% considèrent ce point comme primordial ou important.
  • En corollaire du point précédent, il convient d’assurer une meilleure répartition de la prise en charge entre Etat, assureurs et ménages. 75% sont favorables à une agence de contrôle des coûts des mutuelles. A ce sujet, les multiples tentatives de dédiabolisation (comme celles de la mutualité française) n’ont manifestement pas encore porté leurs fruits.
  • Par ailleurs, 65% considère primordiale ou importante la mise en place d’une assurance santé universelle qui couvrirait les frais à 100%.
  • Toutefois, si la couverture doit s’améliorer, il ne s’agit pas de payer de manière aveugle pour tous. 57% sont en faveur de modulations en fonction de comportements à risques notamment.

Un nouveau rôle pour les assureurs complémentaires

De manière assez naturelle, le premier constat de l’Etude Santé 2017, c’est que les attentes envers les complémentaires santé s’orientent prioritairement vers le remboursement des soins mal remboursés par la sécurité sociale. Dans un deuxième temps, ce sont les gros risques qui préoccupent les répondants.

Le niveau de satisfaction est plutôt élevé sur les dépenses les plus courantes. En revanche, dès que l’on touche les frais assez lourds (optique et dentaire), la satisfaction est nettement plus faible (1 répondant sur 2). C’est encore plus faible sur tous les soins moins fréquents ou atypiques.

La perception est que le reste à charge a plutôt tendance à augmenter depuis la mise en place des contrats responsables et de l’ANI. Cela accentue le besoin de s’orienter vers des couvertures complémentaires (22% contre 16% en 2016). Ce chiffre est bien plus élevé pour les jeunes (41%).

Cela ouvre des potentiels de développements du marché de la sur-complémentaire avec un budget moyen alloué de 49€ par mois.

 

Par ailleurs, 2 segments apparaissent comme étant des axes attendus d’évolution des contrats: la prévention/conseils médicaux et l’e-Santé (61% d’opinion favorables).

Sur l’axe de la prévention, les assureurs sont considérés comme des acteurs importants pour en faire davantage.

La prévention

La prévention est reconnue comme une action utile. Ce doit être un moyen de mieux vivre en conservant au quotidien sa bonne santé et son indépendance (près de 9 personnes sur 10). Les plus convaincus sont les tranches d’âge les plus jeunes (18-24 ans).

De plus, l’efficacité de la prévention est reconnue par 58% des répondants, qui ont effectivement vu leur état de santé s’améliorer après la mise en place de mesures de prévention.

Ce constat apparaît dans un contexte où les Français ont plutôt un désir d’agir sur leur propre santé. 77% disent avoir une forte volonté personnelle et 71% vouloir y consacrer du temps.

En terme de contenu, plusieurs actions sont mises en œuvre, ce qui est encourageant. Néanmoins, aucun ne dépasse les 50%, ce qui signifie que les usages sont encore restreints.

Enfin, l’étude fait apparaître un véritable plébiscite sur les besoins de programmes de prévention personnalisés ou sur certaines pathologies (Plus de 90% des répondants). Toutefois, ils font remonter un gros besoin de conseil, d’accompagnement et de récompense.

Toutefois, en termes d’acteurs, il semble que les nouveaux acteurs technologies ne génèrent pas encore la confiance nécessaire autour de ces pratiques de prévention (seulement 38% de confiants).

L’e-Santé

Dans l’Etude Santé 2017, l’e-Santé apparaît cependant de plus en plus efficace, et apte à répondre à un certain nombre de cas d’usage.

On note une baisse des usages des outils uniquement informatifs, et en parallèle une montée en puissance (certes modérée) des outils de prise de RDV en ligne.

Comme pour tout service technologique, et en particulier pour la santé, la question de l’utilisation des données est sensible. On note un élément intéressant: 47% sont favorables au partage de données avec leur mutuelle, contre 17% avec un assureur.

 

Les réticences sont liées à 2 raisons principales: confidentialité (45%) et réduction des interactions humaines. (Note sur ce deuxième point: c’est également un argument invoqué à l’inverse pour favoriser l’utilisation de services distants).

 

Enfin, 3 points sont à retenir:

  • La télémédecine apparaît pertinente pour certains usage: renouvellement d’ordonnance, information médicale ou deuxième avis. C’est conforme à l’étude Zava déjà présentée ici.
  • Plus de 6 Français sur 10 se disent favorables à l’utilisation des robots afin d’améliorer un traitement, une thérapie ou un acte de chirurgie.
  • Enfin, les Français semblent prêts à payer pour un certain nombre de services. En particulier, c’est valable pour accompagner les seniors ou les personnes malades. Le montant moyen de 14,7€/mois pour un service permettant le maintien à domicile est flagrant parmi les options présentées.

 

Enfin, et pour conclure, voici les points clés à retenir de l’Etude santé 2017:

Une pensée sur “Deloitte Opinion Way – Etude Santé 2017”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *